Poulet à la citronnelle

Brochette de poulet à la citronnelle

Ras-le-bol des pilons de poulet grillés ou des brochettes de volaille sans âme, voici une préparation très simple pour réveiller votre barbecue (ou votre plancha) et donner un côté exotique à votre grillade du week-end : des brochettes de poulet à la citronnelle.

Quels ingrédients pour nos brochettes ?

Pour 4 personnes, prenez 4 blancs de poulet, découpez-les en belles et longues tranches, déposez-les dans un récipient. Ajoutez-y le jus de deux citrons verts, 6 bâtons de citronnelle, 1 centimètre de gingembre râpé, un peu d’huile d’olive, un peu de sel, un peu de poivre et réservez au réfrigérateur pendant 12 heures (vous pouvez mélanger de temps en temps).

Rigatoni au ragu blanc

Ma recette des rigatoni au ragu blanc

Les gastronomes italiens et les foodistas transalpins vont clairement me coller au pilori car le vrai « ragù bianco » d’Emilie-Romagne ne se prépare pas du tout comme je vais vous l’expliquer, mais cette recette des « rigatoni au ragu blanc » est ma version, celle que mes enfants, ma femme et moi adorons !

Ci-dessous, vous trouvez les ingrédients pour 4 personnes (2 adultes et 2 enfants) comme plat principal ou comme « primi » pour 6 à 8 personnes, comptez entre 25 et 30 minutes de préparation, si vos champignons sont réhydratés.

HyperFocal: 0

Un diner chez Lemonnier à Lavaux-Sainte-Anne

Je vous l’ai déjà dit dans un billet précédent, il existe des lieux dignes d’intérêt dans tous les coins de la Belgique, Lavaux-Sainte-Anne, dans la province de Namur, n’échappe pas à cette règle surtout pour les amoureux de vieilles pierres qui apprécieront tout particulièrement son château datant de 1450. Situé à quelques kilomètres de Rochefort et de Marche, ce village est un pied-à-terre idéal pour découvrir la Famenne, voire le Luxembourg ou l’extrême-est de la France tout proche. En plus du château, Lavaux-Sainte-Anne est également réputée pour son restaurant gastronomique : La Maison Lemonnier.

Camden Lock Market

Have a nice meal in London

Londres, c’est 1500 km² pour une population de 8 millions d’habitants, pour vous donner une idée la Belgique est à peine 15 fois plus grande et la ville de Londres est aussi 15 fois plus grande que Paris !

On peut rapidement en déduire que cela ne doit pas être simple de s’y retrouver pour bien manger. Mais d’un autre côté, cela permet à Londres d’être très certainement « gastronomiquement » parlant une des villes les plus riches du monde.

Vous pourrez y goûter aux spécialités indiennes, brésiliennes, japonaises, allemandes *, azéris, portugaises, italiennes, jamaïcaines, chinoises, tunisiennes, espagnoles, russes, françaises, éthiopiennes, … et bien entendu anglaises.

Je n’ai pas la prétention d’écrire le « guide ultime » sur le comment « bien manger » à Londres mais juste de partager avec vous mon expérience.

Les spaghettis aux oeufs

La recette des spaghettis aux oeufs

Il ne s’agit pas de réaliser vous-même vos pâtes fraîches aux oeufs, mais bien de préparer des spaghettis que l’on va mélanger avec des oeufs frits à la poêle.

Ci-dessous, vous trouverez les ingrédients nécessaires pour 2 personnes et comptez 15 minutes de préparation. Une recette facile, gourmande et roborative !

Attention, cette recette n’est pas un spaghetti carbonara simplifié !

La pisciculture de la Wamme

A la découverte de la pisciculture de la Wamme

Lorsque vous rentrez dans Hargimont, en allant vers Rochefort, prenez la première route sur votre gauche, montez pendant quelques centaines de mètres, ne loupez pas le panneau « Truites et Saumons Artisanaux » sur votre droite, prenez le petit chemin, faufilez votre véhicule entre les arbres, vous voilà arrivé à la Pisciculture de la Wamme, la propriété et la fierté d’Alain Schonbrodt.

Dans cette pisciculture, vous trouverez des truites Fario, une race indigène, des truites Arc-en-ciel et des saumons de fontaine, que l’on appelle aussi des ombles, élevés artisanalement et dans le respect du bien-être animal.

L'harissa maison cela pique !

Comment réaliser son harissa ?

Préparer son harissa n’a rien de compliqué ! Je vous donne la recette qui m’a été transmise par Adel, maraicher sur La Batte

Pour réaliser votre harissa, il vous faut 100 grammes de petits piments rouges, 1 ou 2 gousses d’ail, 1 cuillère à café de cumin, 1 cuillère à café de graines de carvi.

Commencez par nettoyer les piments sous un filet d’eau et ôter les pédoncules. Ensuite, cuisez-les au four pendant 90 minutes à 150°. Laissez refroidir. Dans un bol, mélangez les piments cuits, l’ail, le cumin et les graines de carvi. Mixez le tout finement, vous pouvez ajouter un peu d’huile d’olive si le mélange est trop consistant. Laissez reposer (macérer) quelques jours au frais.

Asperges

3 sauces pour les asperges

Du mois de mars au mois de juin, elles garnissent nos étals, elle sont vertes, blanches, violettes, sauvages, des bois, pour accompagner ces asperges que vous aurez amoureusement cuites, voici quelques sauces …

La première est la classique recette des asperges à la flamande. Les deux autres sont un peu moins classiques mais aussi plus légères. Les asperges à la sauce douce, je l’ai entendue dans le podcast de On va déguster diffusé sur France Inter et la mousseline je l’ai simplement découverte et savourée lors d’un repas chez Philippe Fauchet.

La rhubarbe

Confiture à la rhubarbe

La rhubarbe est donc un légume, même si nous avons tendance à la préparer comme un fruit (tarte, confiture, sorbet, sirop, …). Seule la tige, le pétiole, est consommée, les feuilles pouvant être toxiques.

Les vertus de la rhubarbe sont multiples : elle est riche en calcium, en magnésium, en potassium, en phosphore et en vitamine C ; elle facilite le transit ; elle serait également un très bon anti-inflammatoire.

On récolte la rhubarbe d’avril à septembre. Les pétioles les plus appréciés sont ceux de la première récolte, les premières pousses, car ils sont plus tendres et moins aigres.

Jean-Philippe Watteyne, Icook à Mons

Quatre nouveaux chefs rejoignent Génération W

Jean-Philippe Watteyne (Icook à Mons), Philippe Meyers (Restaurant Philippe Meyers à Braine-l’Alleud), Stephane Diffels (L’Air de Rien à Esneux), Benoît Van den Branden (Cuisinémoi à Namur) sont les quatre chefs ralliant le collectif Génération W et portant ainsi leur nombre à 24 répartis dans l’ensemble de la Wallonie. Ils entraînent dans leur sillage une vingtaine de producteurs et artisans wallons.