Camden Lock Market

Have a nice meal in London

Londres, c’est 1500 km² pour une population de 8 millions d’habitants, pour vous donner une idée la Belgique est à peine 15 fois plus grande et la ville de Londres est aussi 15 fois plus grande que Paris !

On peut rapidement en déduire que cela ne doit pas être simple de s’y retrouver pour bien manger. Mais d’un autre côté, cela permet à Londres d’être très certainement « gastronomiquement » parlant une des villes les plus riches du monde.

Vous pourrez y goûter aux spécialités indiennes, brésiliennes, japonaises, allemandes *, azéris, portugaises, italiennes, jamaïcaines, chinoises, tunisiennes, espagnoles, russes, françaises, éthiopiennes, … et bien entendu anglaises.

Je n’ai pas la prétention d’écrire le « guide ultime » sur le comment « bien manger » à Londres mais juste de partager avec vous mon expérience.

Les spaghettis aux oeufs

La recette des spaghettis aux oeufs

Il ne s’agit pas de réaliser vous-même vos pâtes fraîches aux oeufs, mais bien de préparer des spaghettis que l’on va mélanger avec des oeufs frits à la poêle.

Ci-dessous, vous trouverez les ingrédients nécessaires pour 2 personnes et comptez 15 minutes de préparation. Une recette facile, gourmande et roborative !

Attention, cette recette n’est pas un spaghetti carbonara simplifié !

La pisciculture de la Wamme

A la découverte de la pisciculture de la Wamme

Lorsque vous rentrez dans Hargimont, en allant vers Rochefort, prenez la première route sur votre gauche, montez pendant quelques centaines de mètres, ne loupez pas le panneau « Truites et Saumons Artisanaux » sur votre droite, prenez le petit chemin, faufilez votre véhicule entre les arbres, vous voilà arrivé à la Pisciculture de la Wamme, la propriété et la fierté d’Alain Schonbrodt.

Dans cette pisciculture, vous trouverez des truites Fario, une race indigène, des truites Arc-en-ciel et des saumons de fontaine, que l’on appelle aussi des ombles, élevés artisanalement et dans le respect du bien-être animal.

L'harissa maison cela pique !

Comment réaliser son harissa ?

Préparer son harissa n’a rien de compliqué ! Je vous donne la recette qui m’a été transmise par Adel, maraicher sur La Batte

Pour réaliser votre harissa, il vous faut 100 grammes de petits piments rouges, 1 ou 2 gousses d’ail, 1 cuillère à café de cumin, 1 cuillère à café de graines de carvi.

Commencez par nettoyer les piments sous un filet d’eau et ôter les pédoncules. Ensuite, cuisez-les au four pendant 90 minutes à 150°. Laissez refroidir. Dans un bol, mélangez les piments cuits, l’ail, le cumin et les graines de carvi. Mixez le tout finement, vous pouvez ajouter un peu d’huile d’olive si le mélange est trop consistant. Laissez reposer (macérer) quelques jours au frais.

Asperges

3 sauces pour les asperges

Du mois de mars au mois de juin, elles garnissent nos étals, elle sont vertes, blanches, violettes, sauvages, des bois, pour accompagner ces asperges que vous aurez amoureusement cuites, voici quelques sauces …

La première est la classique recette des asperges à la flamande. Les deux autres sont un peu moins classiques mais aussi plus légères. Les asperges à la sauce douce, je l’ai entendue dans le podcast de On va déguster diffusé sur France Inter et la mousseline je l’ai simplement découverte et savourée lors d’un repas chez Philippe Fauchet.

La rhubarbe

Confiture à la rhubarbe

La rhubarbe est donc un légume, même si nous avons tendance à la préparer comme un fruit (tarte, confiture, sorbet, sirop, …). Seule la tige, le pétiole, est consommée, les feuilles pouvant être toxiques.

Les vertus de la rhubarbe sont multiples : elle est riche en calcium, en magnésium, en potassium, en phosphore et en vitamine C ; elle facilite le transit ; elle serait également un très bon anti-inflammatoire.

On récolte la rhubarbe d’avril à septembre. Les pétioles les plus appréciés sont ceux de la première récolte, les premières pousses, car ils sont plus tendres et moins aigres.

Jean-Philippe Watteyne, Icook à Mons

Quatre nouveaux chefs rejoignent Génération W

Jean-Philippe Watteyne (Icook à Mons), Philippe Meyers (Restaurant Philippe Meyers à Braine-l’Alleud), Stephane Diffels (L’Air de Rien à Esneux), Benoît Van den Branden (Cuisinémoi à Namur) sont les quatre chefs ralliant le collectif Génération W et portant ainsi leur nombre à 24 répartis dans l’ensemble de la Wallonie. Ils entraînent dans leur sillage une vingtaine de producteurs et artisans wallons.

Le Rooftop 58

Rooftop 58, un déjeuner sur les toits de Bruxelles

Dans quelques années, le Parking 58, sera remplacé par un bâtiment flambant neuf le Brucity qui abritera entre autre le nouveau centre administratif de la ville de Bruxelles . Mais avant d’en arriver là, AG Real Estate le propriétaire a décidé de marquer le coup sous la forme d’un happening : le Rooftop 58.

Cet espace temporaire situé au dixième étage, sur le toit du parking, est transformé le temps d’un été (du 1 juin au 30 septembre) en terrasse avec vue unique à 360° sur la ville, de l’Atomium à la Grand Place en passant par la Basilique de Koekelberg et le Palais de Justice, … sur cette immense terrasse, on trouve l’Orangerie et le Skybar 58.

Les cerises sont de retour dans le panier de la ménagère

Que contient la panier de la ménagère en juin ?

« Voilà l’été, enfin l’été, toujours l »été, encore l’été », comme le chantait les Négresses Vertes !

Et ce bel été apporte dans nos plats et nos assiettes de nouvelles saveurs et de belles couleurs, on se réjouit de goûter à nouveau aux pêches, aux pastèques, aux melons, aux cerises, de préparer des aubergines, des concombres, des courgettes, des poivrons, des salades et bien sûr de siroter quelques apéritis de circonstance !

« Voilà l’été, enfin l’été, toujours l »été, encore l’été ».

Les fraises de Wépion

Confiture aux fraises de Wépion

Si notre beau et petit pays est reconnu dans le monde entier, et sa grande banlieue, pour la qualité de ses fraises … et plus particulièrement celles de Wépion. Notre beau et petit pays est également connu et reconnu pour son art de transformer les discussions de comptoir en conflits d’importance nationale, voire mondiale ! Car cette reconnaissance entraîne bien entendu des bisbrouilles. D’un côté, on trouve les fraises de « La Criée de Wépion » et de l’autre les « Véritables fraises de Wépion » le label de Luc Warnez.

Nous n’allons pas arbitrer cette guerre de clochers mais sachez seulement que vous trouverez très facilement en grande surface et chez les maraichers de tout notre royaume des fraises de  « La Criée de Wépion » quant aux « Véritables fraises de Wépion », vous devrez vous rendre à Wépion dans les petits chalets qui bordent la « Chaussée de Dinant ».